Situé entre les massifs montagneux du Jura et des Vosges, Belfort est sur une zone de passage d’une vingtaine de kilomètres de largeur appelée « Trouée de Belfort ». Déplacements, conquêtes et conflits ont ainsi forgé son caractère et façonné son identité.

Un département si particulier, fruit d’une histoire tumultueuse…

L’histoire de Belfort s’inscrit entre Duché d’Alsace, royaume de France, empire allemand et Maison d’Autriche. Elle est officiellement rattachée au royaume de France en 1648, 30 ans avant que la Franche-Comté ne devienne française par le Traité de Nimègue en 1678.

Ski au Ballon ancien

Dès 1687, Vauban donne ses lettres de noblesse à la ville en faisant d’elle une véritable place de guerre fortifiée. Belfort est rattaché au Haut-Rhin. Celui-ci devient chef-lieu d’arrondissement à la Révolution et après la création des départements.

Quelques années plus tard, à la fin de la période napoléonienne, trois sièges forgeront la réputation de la ville et de ses défenseurs (siège de 1813 – 1814 sous la houlette du commandant Legrand, siège de 1815 avec le général Lecourbe, siège de 1870 – 1871 soutenu par le colonel Denfert-Rochereau). À l’image des irréductibles gaulois résistant à l’envahisseur, Denfert-Rochereau et ses hommes ne déposeront les armes que sur injonction du gouvernement français lors du conflit franco-prussien de 1870-1871.

La défense héroïque de Belfort lui vaut de rester français alors que l’Alsace est annexée. Un monument rappelant cette résistance héroïque va s’adosser à « la roche si grandiose qui domine Belfort » : le Lion de Frédéric-Auguste Bartholdi, réalisé entre 1875 et 1880.

En 1872, de nombreux Alsaciens choisissent l’option française et viennent s’installer à Belfort. Des industriels de Mulhouse vont également choisir cette cité. L’essor économique va avoir lieu en 1879 avec l’implantation de la Société Alsacienne de Constructions Mécaniques (future Alsthom), et de la maison Dollfus-Mieg et Compagnie. De 8 000 habitants en 1872, la population passe à 25 000 en moins de vingt ans. Le Belfort moderne est né. Le Territoire de Belfort devient un département à part entière en 1922.

Mais d’où vient cette dénomination « Territoire de Belfort » ?

Entre 1870 et 1918, Belfort et la centaine de communes aux alentours attend son rattachement à l’Alsace-Lorraine. C’est pourquoi aucun statut de département, ni de nom aux habitants n’est donné. Le Territoire de Belfort ne s’y rattachera jamais, pour préserver sa langue et les spécificités du droit local alsacien. Il devient le 90è département français.

Pas de principauté ni de statut spécial, mais quelle Histoire !