Anarchronisme – Machines à perturber le temps

Cette exposition propose d’approcher la création contemporaine à travers un mot-valise, « anarchronisme », compression des mots anarchie et anachronisme. Cette compréhension permet d’appréhender des oeuvres elles-mêmes issues de compression temporelles et technologiques.

Des cette tension résultent des propositions qui décâblent et recâblent sauvagement les relations entre numérique et analogique, entre vernaculaire et vintage, entre innovation et obsolescence, entre médias de masse et matériels, logiciels et protocoles « faits maison ».

Certaines oeuvres présentées dans l’expositions modifient, à leurs façons, les modes opératoires propres au numérique ou à l’analogique : invention de supports matériels de stockage, retour à des usages moins usuels d’objet ancien de consommation, tel la K7 audio utilisée ici pour stocker du code…

D’autres proposent un changement de perspectives : la transformation de déchets d’équipements électroniques en armes rudimentaires ou l’apparition de signes liés aux technologies contemporaines sur des pierres…

Avec les oeuvres de Signal to Noise, Balint Bolygo, Project Singe, David Guez, Cécile Babiole et Jean-Marie Boyer, Yann Leguay, Dardex, Suzanne Treister, Flo Kaufmann.